Morel

Les corps de Morel mutilés ou inachevés ? Messages intérieurs ? Beauté pure ?…

Michel-Ange, Rodin plus tard, fasciné par les torses antiques souvent très mutilés, recherchait l’œuvre absolue.

Elle aurait roulé du haut de la montagne sans se casser. Seul se briserait le superflu.

 

Reste des signes nécessaires à l’écriture morélienne : une main en étoile qui touche le sein, la hanche …tournée vers le corps qu’elle aime et dont elle souligne le mouvement ; la tête de profil, penchée…laissant le cou comme une ligne souple s’ajuster à l’élan ; déhanchement torsion cambrure, force ou offrande ; posture douce, juste un peu inclinée, comme si le mouvement risquait d’altérer la beauté physique.

 

On dirait alors une figure de danse infiniment tendre et subtile ; la trace d’un bijou sur le corps nu… Notes d’une même partition, d’une même histoire, lignes de caractères mobiles qui génèrent une chorégraphie sensuelle, le désire de beauté.                                                                                                                                                                                                                                      A.G

 

© 2014 Galerie Gantois